Académie

Nouvel accrochage pour Jérémy Gobé au 104

 

Jérémy Gobé, soutenu par le N.A ! Fund depuis janvier 2014, participe à l’exposition collective Avec motifs apparents, au Centquatre, depuis le 22 mars dernier. Début juin, il présentait un nouvel accrochage de son installation Le Propre de l’homme, faite de meubles récup’ et de tricot. Il nous explique pourquoi son travail a évolué.

 

« L’exposition est très longue, elle dure presque six mois. Je voulais mettre à profit ce temps-là. J’avais envie de retravailler les choses pour qu’elles ne soient pas trop figées. Par ailleurs, certains artistes de l’exposition tournent, il fallait réaménager mon travail pour que l’ensemble reste cohérent.

 

Le premier temps de l’expo m’a permis de prendre du recul. Je me suis rendu compte que je pouvais aller plus loin sur certains aspects. Avec les meubles recouverts de tricot, mon idée était au début de faire des pulls pour ces objets. J’avais une sorte d’admiration pour eux. Maintenant, j’ai arrêté de vouloir tous les sauver ! Avec le temps, j’ai eu envie de produire mes propres formes, de travailler les matières. J’imagine des combinaisons de meubles à partir de dessins, je les transforme en sculpture. Pour les premiers meubles, j’avais travaillé avec un atelier, ça n’était pas moi qui produisais les pulls. Maintenant, je les fais seul. On voit les coutures, les assemblages. C’est moins parfait mais plus sculptural.

 

Les dessins de travail sont exposés. La machine à tricoter aussi. La mise en scène est telle que le public est invité à entrer dans ma tête. On peut voir les tasseaux dont je me sers, des tricots posés en attente, on voit le travail en cours. Je montre la recherche, le processus créatif. Aujourd’hui encore, je continue à faire des dessins, des tricots. C’est une œuvre évolutive. Quand je sentirai que les évolutions de ce travail sont à nouveau conséquentes, je le montrerai. »

 

Exposition Avec motifs apparents, jusqu’au 10 août 2014 au 104