Patates Asa Sonjasdotter
Artiste

Haute Diversité d’Asa Sonjasdotter, bientôt au 104

Corne de gatte, Vitelotte, Belle de Fontenay ou Bonnotte… Ces pommes de terre aux noms poétiques, plantées depuis plusieurs siècles en France, racontent des histoires. « Certaines étaient déjà cultivées à l’époque de la Révolution Française, explique Åsa Sonjasdotter. Elles ont été introduites en France à cause des mêmes faits qui ont engendré la Révolution de 1789 : la famine due à des crises financières,  les injustices sociales et un changement climatique important causé par une éruption climatique en Islande en 1783. Les récoltes de blé n’avaient rien donné à cause de ce changement climatique et à la place, on avait planté des pommes de terre, capables de se développer dans un climat plus froid. Du coup, pendant la Révolution, des patates étaient cultivées dans le jardin des Tuileries, au jardin du Luxembourg et dans d’autres « jardins de luxe », comme Alexandre Dumas l’a raconté dans son Grand dictionnaire de cuisine. Or, la réglementation actuelle de l’Union Européenne limite la diffusion de la plupart de ces variétés anciennes, ce qui semble ironique puisque cette Révolution symbolise l’émergence de la liberté et de l’égalité dans la société occidentale. »

Åsa Sonjasdotter expose au Centquatre, dans Haute Diversité, par le prisme de la patate, douze de ces variétés anciennes , du 18 au 26 octobre, avec le soutien du N.A ! Fund. Elle nous raconte leur histoire et nous propose même de les acheter lors de ce « marché-exposition ». Autour de ces pommes de terre, plusieurs jardins partagés et agriculteurs de la région parisienne présenteront aussi leur démarche. « Ils abordent des questions essentielles aujourd’hui : comment créer du lien social, avoir accès à une nourriture convenable et prendre conscience des problèmes environnementaux. » Parmi eux, la ZAD patate  — qui veut protéger de l’urbanisation les espaces agricoles de la boucle de Seine de Montesson en y installant des jardins collectifs — ou encore la ferme bio de Marconville, organisée en Amap, où Loïc et Delphine Boulanger ont fait pousser les douze espèces de pommes de terre qu’Åsa Sonjasdotter présente au 104.

 

Haute Diversité – Par le prisme de la patate
Au Centquatre-Paris
5 rue Curial
75019 Paris
Du 18 au 26 octobre 2014

La vente d’espèces rares de pommes de terre, sous forme d’installation-performance, aura lieu du 18 au 26 octobre aux horaires d’ouverture de l’installation (14h-19h à l’exception du jour d’ouverture où la vente débutera à 15h30). D’autres part, les partenaires et membres d’associations avec lesquels l’artiste a travaillé, pourront vendre leurs fruits et légumes le samedi 18 octobre de 15h30 à 19h et le samedi 25 octobre de 14h à 19h.